Laurent Gbagbo a exigé le départ immédiat de Côte d'Ivoire des casque bleus de l'ONUCI

a
Actualité Défense - Côte d'Ivoire
 

Dimanche, 19 Décembre 2010, 08:31

 
Laurent Gbagbo a exigé le départ immédiat de Côte d'Ivoire des casque bleus de l'ONUCI.
 
 
Laurent Gbagbo a exigé samedi le départ “immédiat” de Côte d’Ivoire des Casques bleus de l’Onuci et de la force militaire française Licorne, alors que la communauté internationale le somme de céder le pouvoir au plus vite à son rival Alassane Ouattara.
     
Laurent Gbagbo a exigé samedi le départ “immédiat” de Côte d’Ivoire des Casques bleus de l’Onuci et de la force militaire française Licorne, alors que la communauté internationale le somme de céder le pouvoir au plus vite à son rival Alassane Ouattara.
Troupes de l'ONU en Côte d'Ivoire
     

Cette demande pourrait provoquer une nouvelle guerre civile, après celle de 2002 – 2003, qui avait conduit à l’envoi d’une forces de l’ONU en Côte d’Ivoire. Les ivoiriens sont de plus en plus de la peur de devoir à nouveau subir une nouvelle guerre civile.

Après l‘élection controversée du 28 novembre, Gbagbo et Ouattara, reconnu président par l’ONU et la France notamment, se disputent le pouvoir. Aucun des deux candidats ne veut accepter sa défaite, et ils lancent dans un duel qui a déjà provoqué des violences, et fait déjà au onze morts. La ville d’Abidjan et l’intérieur du pays auraient été la cible de combats.

Laurent Gbagbo a accusé l’ONUCI de supporter l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), alliée de Quattra, par du transport et de la fourniture d’armes.

Dans la nuit du 17 décembre, une patrouille de l’ONUCI, et puis le siège des opérations à Abidjan ont été attaqués par des hommes vêtus d’uniformes militaires, se déplaçant à bord d’un véhicule civil, une information de l’ONUCI.

L’ONU, l’Union africaine, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ainsi que l’Union européenne et les Etats-Unis ont brandi la menace de sanctions, pour obtenir le départ de de Gbagbo.
Le Président français, a menacé Gbagbo d’être mis sur la liste des personnes visées par des sanctions de l’Union Européenne, si il ne quittait pas le pays.

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.