Juillet 2010 actualites armees militaires industries salons defense informations internationale FR


 
 
Juillet 2010
English
 

Russie Retour Menu
Un nouvel uniforme de combat pour les troupes de l'armée russe d'ici 2013.

Tous les effectifs de l'Armée russe adopteront un nouvel uniforme avant 2013, a annoncé ce 30 juillet 2010, aux journalistes le vice-ministre de la Défense, le général Dmitri Boulgakov. "A partir de l'automne 2010, tous les sergents et les hommes de troupes faisant leur service militaire sous contrat ou appelés porteront un nouvel uniforme. De cette façon, d'ici l'automne 2012, toutes les catégories de militaires changeront d'uniforme. Nous envisageons d'achever le passage à la nouvelle tenue avant 2013", a précisé le général. Selon le ministère de la Défense, 150.000 officiers russes ont déjà obtenu une nouvelle tenue d'été. "Cette année, 100% de militaires faisant leur service dans les régions à climat chaud seront habillés dans un nouveau uniforme conçu pour ces régions", a conclu le général.
30 Juillet 2010
Tous les effectifs de l'Armée russe adopteront un nouvel uniforme avant 2013, a annoncé ce 30 juillet 2010, aux journalistes le vice-ministre de la Défense, le général Dmitri Boulgakov. "A partir de l'automne 2010, tous les sergents et les hommes de troupes faisant leur service militaire sous contrat ou appelés porteront un nouvel uniforme. De cette façon, d'ici l'automne 2012, toutes les catégories de militaires changeront d'uniforme. Nous envisageons d'achever le passage à la nouvelle tenue avant 2013", a précisé le général. Selon le ministère de la Défense, 150.000 officiers russes ont déjà obtenu une nouvelle tenue d'été. "Cette année, 100% de militaires faisant leur service dans les régions à climat chaud seront habillés dans un nouveau uniforme conçu pour ces régions", a conclu le général.

Russie soldats armée russe nouvel uniforme de combat photo

 

Etats Unis (BAE Systems) Retour Menu
BAE Systems-Northrop Grumman ajoutent des membres à leurs équipes du programme GCV.

Les sociétés américaines BAE Systems et Northrop Grumman annoncent l’arrivée de nouveaux membres dans l’équipe GCV, dans le cadre de leur offre pour la compétition du programme GCV (Ground Combat Vehicle). "Nous avons construit une équipe qui a une large expérience dans l’innovation, le développement et la production de véhicules de combat, ainsi que de leurs composants", a fait savoir Mark Signorelli, Vice Président et Directeur Général de Ground Combat Vehicles chez BAE Systems. "Avec cette équipe nous apportons plus à nos clients en fournissant un véhicule qui correspond parfaitement aux contraintes des armées, avec une plateformes à haute capacité de survie, qui peut constamment être adaptée en fonction des évolutions et besoins changeants des conditions opérationnelles, depuis le besoin humain jusqu’au conditions du champ de bataille". Chaque équipe va apporter différentes capacités au GCV qui permettra d’aider BAE Systems et Northrop Grumman à renforcer son offre. En temps que contractant principale, BAE Systems va fournir l’ensemble du programme de gestion et d’intégration du système GCV, et sera également responsable de fournir le véhicule, la conception, l’infrastructure et le support logistique. Northrop Grumman fournir l’ensemble C4ISR (composants de commandement, contrôles, communications, informatiques, renseignements, surveillance et reconnaissance). La société QinetiQ North America va fournir le système de propulsion électrique ou E-X-Drive™ pour le Ground Combat Vehicles. L’E-X-Drive est un composant clé du système hybride de propulsion électrique, qui permet de minimiser les besoins électriques, la consommation carburant, et améliorer les capacités de mobilité, vitesse et de franchissement. La société Saft va fournir un système de stockage d’énergie pour le programme GCV. BAE Systems et Northrop Grumman pourront ainsi fournir, le meilleur véhicule GCV capable d’opérer dans des environnements de menaces IED (Engin Explosif Improvisé). Le GCV fournira une protection accrue par rapport à tous les véhicules de la gamme MRAP (Mine Resistant Ambush Protected Vehicle), tout en gardant une haute capacité de mobilité permettant au véhicule GCV d’être utilisé dans des environnements de combat urbain ou tout-terrain. Les équipes de conception vont également intégrer un réseau électronique avec des capacités de renseignement, surveillance et reconnaissance. Le système modulaire de blindage permettra d’ajuster rapidement le niveau de protection en fonction des besoins, des menaces et de la situation tactique. BAE Systems est considéré comme un des maîtres de la production de véhicules blindés dans le monde, et fournit 80% des véhicules du HBCT (Heavy Brigade Combat Team). Le programme GCV est un développement important dirigé par l’armée américaine pour créer un nouveau concept de véhicule blindé pour les forces terrestres, utilisable dans des environnements de menaces IED.
27 juillet 2010
Les sociétés américaines BAE Systems et Northrop Grumman annoncent l’arrivée de nouveaux membres dans l’équipe GCV, dans le cadre de leur offre pour la compétition du programme GCV (Ground Combat Vehicle). "Nous avons construit une équipe qui a une large expérience dans l’innovation, le développement et la production de véhicules de combat, ainsi que de leurs composants", a fait savoir Mark Signorelli, Vice Président et Directeur Général de Ground Combat Vehicles chez BAE Systems. "Avec cette équipe nous apportons plus à nos clients en fournissant un véhicule qui correspond parfaitement aux contraintes des armées, avec une plateformes à haute capacité de survie, qui peut constamment être adaptée en fonction des évolutions et besoins changeants des conditions opérationnelles, depuis le besoin humain jusqu’au conditions du champ de bataille". Chaque équipe va apporter différentes capacités au GCV qui permettra d’aider BAE Systems et Northrop Grumman à renforcer son offre. En temps que contractant principale, BAE Systems va fournir l’ensemble du programme de gestion et d’intégration du système GCV, et sera également responsable de fournir le véhicule, la conception, l’infrastructure et le support logistique. Northrop Grumman fournir l’ensemble C4ISR (composants de commandement, contrôles, communications, informatiques, renseignements, surveillance et reconnaissance). La société QinetiQ North America va fournir le système de propulsion électrique ou E-X-Drive™ pour le Ground Combat Vehicles. L’E-X-Drive est un composant clé du système hybride de propulsion électrique, qui permet de minimiser les besoins électriques, la consommation carburant, et améliorer les capacités de mobilité, vitesse et de franchissement. La société Saft va fournir un système de stockage d’énergie pour le programme GCV. BAE Systems et Northrop Grumman pourront ainsi fournir, le meilleur véhicule GCV capable d’opérer dans des environnements de menaces IED (Engin Explosif Improvisé). Le GCV fournira une protection accrue par rapport à tous les véhicules de la gamme MRAP (Mine Resistant Ambush Protected Vehicle), tout en gardant une haute capacité de mobilité permettant au véhicule GCV d’être utilisé dans des environnements de combat urbain ou tout-terrain. Les équipes de conception vont également intégrer un réseau électronique avec des capacités de renseignement, surveillance et reconnaissance. Le système modulaire de blindage permettra d’ajuster rapidement le niveau de protection en fonction des besoins, des menaces et de la situation tactique. BAE Systems est considéré comme un des maîtres de la production de véhicules blindés dans le monde, et fournit 80% des véhicules du HBCT (Heavy Brigade Combat Team). Le programme GCV est un développement important dirigé par l’armée américaine pour créer un nouveau concept de véhicule blindé pour les forces terrestres, utilisable dans des environnements de menaces IED.

BAE Systems et Northrop Grumman programme GCV Ground Combat Vehicle armée américaine

 

Etats Unis (General Dynamics) Retour Menu
L'équipe GTV (General Tactical Vehicles) de General Dynamics Land Systems et AM General livrent deux véhicules dans le cadre du programme JLTV (Joint Light Tactical Vehicles).

L’équipe GTV (General Tactical Vehicles) des sociétés General Dynamics land Systems et AM General viennent de livrer dans les temps deux véhicules du programme JLTV (Joint Light Tactical Vehicle) pour la phase d’essai TD (Technology Development) dans le cadre du projet PA (Land Force Capability Modernization Project Arrangement ) de modernisation des forces terrestres américaines et australiennes. Ce projet PA permet l'interopérabilité et l'intégration tactiques de véhicule entre les deux pays. La livraison de ces véhicules suit la livraison de composants blindés, d’une coque et 7 véhicules et leurs pièces détachées. La phase de test et d’évaluation inclut cinq mois de tests d’endurance et de capacités sur les pistes d’essais de Monegeetta en Australie. La gestion des tests du programme GTV sera réalisée par la filiale australienne de General Dynamics, ainsi que des fournisseurs australiens. La phase TD du programme JLTV a été prévue pour valider l’intégration des composants du véhicule en un système complet, rééquilibrer la charge utile, la protection en maintenant les possibilités de transport et les capacités de déploiement rapide. Ceci afin de donner une évaluation précise à l’armée américaine et australienne des possibilités techniques et risques associés lors du début de la phase du programme EMD (Engineering and Manufacturing Development) et établir un ensemble réaliste de conditions du programme JLTV.
21 juillet 2010
L’équipe GTV (General Tactical Vehicles) des sociétés General Dynamics land Systems et AM General viennent de livrer dans les temps deux véhicules du programme JLTV (Joint Light Tactical Vehicle) pour la phase d’essai TD (Technology Development) dans le cadre du projet PA (Land Force Capability Modernization Project Arrangement ) de modernisation des forces terrestres américaines et australiennes. Ce projet PA permet l'interopérabilité et l'intégration tactiques de véhicule entre les deux pays. La livraison de ces véhicules suit la livraison de composants blindés, d’une coque et 7 véhicules et leurs pièces détachées. La phase de test et d’évaluation inclut cinq mois de tests d’endurance et de capacités sur les pistes d’essais de Monegeetta en Australie. La gestion des tests du programme GTV sera réalisée par la filiale australienne de General Dynamics, ainsi que des fournisseurs australiens. La phase TD du programme JLTV a été prévue pour valider l’intégration des composants du véhicule en un système complet, rééquilibrer la charge utile, la protection en maintenant les possibilités de transport et les capacités de déploiement rapide. Ceci afin de donner une évaluation précise à l’armée américaine et australienne des possibilités techniques et risques associés lors du début de la phase du programme EMD (Engineering and Manufacturing Development) et établir un ensemble réaliste de conditions du programme JLTV.

General Dynamics - AM General véhicule GTV General Tactical pour le programme JLTV Joint Light Tactical Vehicle
Fiche technique
Photos / Vidéo

 

Ukraine Retour Menu
L'armée ukrainienne pourrait diminuer ses effectifs de 20% pour 2015.

D'ici 2015, les effectifs de l'armée ukrainienne pourraient subir une réduction de 20% des effectifs, lit-on jeudi dans un projet de Concept du développement des forces armées examiné actuellement par le gouvernement. "Selon les estimations du ministère de la Défense, un réexamen des dépenses permettra de réduire les effectifs des forces armées à 150.000-160.000 personnes (actuellement estimés à 200.000 personnes)", stipule le document, en ajoutant que les dépenses militaires subiraient toutefois une augmentation d'au moins de 15 à 20% par an. Par ailleurs, le document prévoit de vendre les biens militaires superflus, ce qui devrait rapporter au budget une somme de 1,5 à 2 milliards de grivnas (188-250 millions de dollars.
22 juillet 2010
D'ici 2015, les effectifs de l'armée ukrainienne pourraient subir une réduction de 20% des effectifs, lit-on jeudi dans un projet de Concept du développement des forces armées examiné actuellement par le gouvernement. "Selon les estimations du ministère de la Défense, un réexamen des dépenses permettra de réduire les effectifs des forces armées à 150.000-160.000 personnes (actuellement estimés à 200.000 personnes)", stipule le document, en ajoutant que les dépenses militaires subiraient toutefois une augmentation d'au moins de 15 à 20% par an. Par ailleurs, le document prévoit de vendre les biens militaires superflus, ce qui devrait rapporter au budget une somme de 1,5 à 2 milliards de grivnas (188-250 millions de dollars.

Ukraine armée ukrainienne forces terrestres équipements militaires

 

Israël Retour Menu
Le système de défense antiaérien israélien "Iron Dome" prêt à être déployé.

Le ministère israélien de la Défense affirme avoir achevé avec succès les essais du système de DCA "Iron Domer" destiné à protéger le pays contre les roquettes de courte et moyenne portée, utilisées par les terroristes palestiniens et libanais, lit-on mardi dans un communiqué de presse. Lors des tirs d'essai, les missiles de la "Iron Dome" ont intercepté simultanément plusieurs cibles lancées depuis différents sites. Selon le communiqué de presse, deux premières batteries seront déployés dès novembre. Les militaires israéliens estiment que le système permettra de lutter avec efficacité contre les roquettes à courte portée Qassam et Katioucha palestiniennes tirées depuis la bande de Gaza. Un des défauts du système la "Iron Dome " est le coût élevé de chaque interception, le prix d'un missile étant évalué à plusieurs dizaines de dollars. D'autre part, les concepteurs du système assurent qu'il est capable de déterminer la trajectoire de chaque cible, ignorant, de cette façon, les roquettes adverses qui ne présentent pas de danger pour les sites protégés.
20 juillet 2010
Le ministère israélien de la Défense affirme avoir achevé avec succès les essais du système de DCA "Iron Domer" destiné à protéger le pays contre les roquettes de courte et moyenne portée, utilisées par les terroristes palestiniens et libanais, lit-on mardi dans un communiqué de presse. Lors des tirs d'essai, les missiles de la "Iron Dome" ont intercepté simultanément plusieurs cibles lancées depuis différents sites. Selon le communiqué de presse, deux premières batteries seront déployés dès novembre. Les militaires israéliens estiment que le système permettra de lutter avec efficacité contre les roquettes à courte portée Qassam et Katioucha palestiniennes tirées depuis la bande de Gaza. Un des défauts du système la "Iron Dome " est le coût élevé de chaque interception, le prix d'un missile étant évalué à plusieurs dizaines de dollars. D'autre part, les concepteurs du système assurent qu'il est capable de déterminer la trajectoire de chaque cible, ignorant, de cette façon, les roquettes adverses qui ne présentent pas de danger pour les sites protégés.

Israël système de missile défense antiaérienne Israélien Iron Dome Photo

 

Russie Retour Menu
Des missiles SS-26 Iskander déployés dans le nord-ouest de la Russie.

Un système de missiles SS-26 Iskander a été installé dans la région militaire russe Léningradskaïa (nord-ouest), a annoncé samedi le commandant en chef de l'Armée de terre russe, le général Alexandre Postnikov au micro de la radio Echo de Moscou. "Ce système n'a pas son pareil à l'étranger, en plus il peut être aéroporté dans une autre région", a indiqué le général. Les missiles opérationnels tactiques SS-26 Iskander-M de haute précision sont destinés à détruire différentes cibles terrestres, qu'il s'agisse de missiles, de l'artillerie à longue portée ou de systèmes d'AMB et de DCA. Il s'est avéré que l'Armée de terre manque de matériel moderne lors des exercices récents Vostok-2010, a ajouté le général. "En ce qui concerne notre Armée de terre, elle ne dispose actuellement que de 12% de matériel qui peut être considéré comme moderne, qui correspond aux exigences d'un combat moderne et aux paramètres des armes d'un éventuel ennemi. Atteindre la proportion de 70% des armements modernes pour 30% des armements dépassés constitue l'une des missions les plus compliquées de la réforme de notre armée. Actuellement, nous ne sommes pas en mesure de nous le permettre. Toutefois, le président ayant exigé que nous atteignions cet objectif avant 2020, nous progressons avec succès", a conclu le général.
20 juillet 2010
Un système de missiles Iskander a été installé dans la région militaire russe Léningradskaïa (nord-ouest), a annoncé samedi le commandant en chef de l'Armée de terre russe, le général Alexandre Postnikov au micro de la radio Echo de Moscou. "Ce système n'a pas son pareil à l'étranger, en plus il peut être aéroporté dans une autre région", a indiqué le général. Les missiles opérationnels tactiques SS-26 Iskander-M de haute précision sont destinés à détruire différentes cibles terrestres, qu'il s'agisse de missiles, de l'artillerie à longue portée ou de systèmes d'AMB et de DCA. Il s'est avéré que l'Armée de terre manque de matériel moderne lors des exercices récents Vostok-2010, a ajouté le général. "En ce qui concerne notre Armée de terre, elle ne dispose actuellement que de 12% de matériel qui peut être considéré comme moderne, qui correspond aux exigences d'un combat moderne et aux paramètres des armes d'un éventuel ennemi. Atteindre la proportion de 70% des armements modernes pour 30% des armements dépassés constitue l'une des missions les plus compliquées de la réforme de notre armée. Actuellement, nous ne sommes pas en mesure de nous le permettre. Toutefois, le président ayant exigé que nous atteignions cet objectif avant 2020, nous progressons avec succès", a conclu le général.

Russie armée russe SS-26 Iskander missile balistique
Fiche technique
Photos

 

Arménie Retour Menu
Le Ministre Arménien de la défense en visite en Iran.

Le Ministre arménien de la défense Seiran Oganyan, sera en visite en Iran le 17 et 18 juillet, suite à une invitation de son homologue, Ahmad Vahidi, information du ministère arménien de la défense. Durant cette visite, les deux ministres mèneront des discussions sur des sujets régionaux et internationaux, ainsi que sur des possibilités d'échanges bilatéraux. L'Iran et l'Arménie sont des voisins. Ils ont depuis longtemps des relations étroites, dans le cadre d'une association stratégique. Les liens bilatéraux sont développés principalement dans les domaines de l'énergie, du commerce, des sports, du transport et du tourisme. Le 9 juin, le conseil de sécurité de l'ONU a voté une nouvelle résolution concernant l'application de sanctions contre l'Iran à propos de son programme nucléaire, est également sur l’augmentation d’un embargo financier et de livraisons d'armes. L'Ouest suspecte l'Iran de poursuivre en secret son programme d'armes nucléaires, mais la république islamique indique qu'elle continue de développer son programme nucléaire uniquement dans un but civil.
17 juillet 2010
Le ministre arménien de la défense Seiran Oganyan, sera en visite en Iran le 17 et 18 juillet, suite à une invitation de son homologue, Ahmad Vahidi, information du ministère arménien de la défense. Durant cette visite, les deux ministres mèneront des discussions sur des sujets régionaux et internationaux, ainsi que sur des possibilités d'échanges bilatéraux. L'Iran et l'Arménie sont des voisins. Ils ont depuis longtemps des relations étroites, dans le cadre d'une association stratégique. Les liens bilatéraux sont développés principalement dans les domaines de l'énergie, du commerce, des sports, du transport et du tourisme. Le 9 juin, le conseil de sécurité de l'ONU a voté une nouvelle résolution concernant l'application de sanctions contre l'Iran à propos de son programme nucléaire, est également sur l’augmentation d’un embargo financier et de livraisons d'armes. L'Ouest suspecte l'Iran de poursuivre en secret son programme d'armes nucléaires, mais la république islamique indique qu'elle continue de développer son programme nucléaire uniquement dans un but civil.

Ministre Arménien de la défense Seiran Oganyan photo

 

Iran Retour Menu
La Russie toujours liée par contrat pour la livraison du système de missile S-300.

Un haut fonctionnaire militaire russe a déclaré que le contrat concernant la livraison du système de missile antiaérien S-300 était toujours en attente d'une décision par le président russe Dmitry Medvedev, et qu'aucune décision concernant l'annulation n'avait été prise jusqu'à présent. "Le contrat sur la fourniture des systèmes de missiles S-300 n'a toujours pas été décommandé ", a indiqué à RIA Novosti, Sergei Chemezov, chef du département militaire de Rostekhnologi. "La décision finale et la signature d'annulation du contrat doit toujours être faite par le président". Moscou a signé un contrat avec Téhéran en 2007, pour la fourniture de systèmes de missiles S-300 à l'Iran, mais la livraison a été freinée suite aux pressions des États-Unis et Israël. Le système de missiles sol-air S-300, connu sous l'appellation de SA-20 à l'ouest, est capable de poursuivre plusieurs cibles et tirer sur un avion à une distance de 120 km. Il a également des capacités d'immunité contre le brouillage éléctronique et il est capable d'engager simultanément jusqu'à 100 cibles. En attendant, un commandant militaire iranien a annoncé quelques mois plutôt que Téhéran est capable de remplacer le système missile de fabrication russe S-300 par d'autres systèmes de défense antiaérien. "Si la Russie ne nous livre pas son système de missile S-300, nous avons un remplaçant et nous pourrons alimenter nos besoins opérationnels avec d'autres solutions techniques et conceptions différentes", a fait savoir en novembre, le général Hassan Mansourian, commandant en chef de la base de coordination de défense antiaérienne, de Khatam ol-Anbia.
16 Juillet 2010
Un haut fonctionnaire militaire russe a déclaré que le contrat concernant la livraison du système du système de missile antiaérien S-300 était toujours en attente d'une décision par le président russe Dmitry Medvedev, et qu'aucune décision concernant l'annulation n'avait été prise jusqu'à présent. "Le contrat sur la fourniture des systèmes de missiles S-300 n'a toujours pas été décommandé ", a indiqué à RIA Novosti, Sergei Chemezov, chef du département militaire de Rostekhnologi. "La décision finale et la signature d'annulation du contrat doit toujours être faite par le président". Moscou a signé un contrat avec Téhéran en 2007, pour la fourniture de systèmes de missiles S-300 à l'Iran, mais la livraison a été freinée suite aux pressions des États-Unis et Israël. Le système de missiles sol-air S-300, connu sous l'appellation de SA-20 à l'ouest, de poursuivre des cibles et tirer sur un avion à une distance de 120 km. Il y a également des capacités d'immunité contre le brouillard et il est capable d'engager simultanément jusqu'à 100 cibles. En attendant, un commandant militaire iranien a annoncé quelques mois plutôt que Téhéran est capable de remplacer le système missile de fabrication russe S-300 par d'autres systèmes de défense antiaérien. "Si la Russie ne nous livre pas son système de missile S-300, nous avons un remplaçant et nous pourrons alimenter nos besoins opérationnels avec d'autres solutions techniques et conceptions différentes", a fait savoir en novembre, le général Hassan Mansourian, commandant en chef de la base de coordination de défense antiaérienne, Khatam ol-Anbia.

Russie armée russe S-300 PMU2 système de défense antiaérien missile sol-air
Fiche technique
Photos

 

Russie Retour Menu
Le nouveau missile de défense antiaérien S-500, le futur pour les troupes russes.

Les missiles sol-air ultramodernes S-500 développés en Russie équiperont le système national de défense antiaérienne, a annoncé mardi le commandant en chef des forces aériennes, Alexandre Zeline. "Les missiles sol-air S-500 assureront la défense antimissile russe", a-t-il indiqué. Interrogé par les journalistes sur les performances de ce nouveau système, M. Zeline a répondu: "Je ne comparerais pas les S-500 avec l'ABM américain, leurs paramètres techniques sont tout à fait différents". Développés par le bureau d'études Almaz-Anteï, les missiles sol-air S-500 remplaceront les S-400 destinés à la défense échelonnée des sites contre une attaque aérienne massive. Les missiles S-500 pourront frapper simultanément 10 cibles, contre 6 pour les S-400.
13 Juillet 2010
Les missiles sol-air ultramodernes S-500 développés en Russie équiperont le système national de défense antiaérienne, a annoncé mardi le commandant en chef des forces aériennes, Alexandre Zeline. "Les missiles sol-air S-500 assureront la défense antimissile russe", a-t-il indiqué. Interrogé par les journalistes sur les performances de ce nouveau système, M. Zeline a répondu: "Je ne comparerais pas les S-500 avec l'ABM américain, leurs paramètres techniques sont tout à fait différents". Développés par le bureau d'études Almaz-Anteï, les missiles sol-air S-500 remplaceront les S-400 destinés à la défense échelonnée des sites contre une attaque aérienne massive. Les missiles S-500 pourront frapper simultanément 10 cibles, contre 6 pour les S-400.

Russie armée russe S-400 système de défense antiaérien missile sol-air
Fiche technique
Photos

 

Suède (Saab) Retour Menu
Saab reçoit une nouvelle commande pour un système de camouflage.

La société de défense et sécurité Saab a reçu un nouveau contrat pour la fourniture de services et produits de camouflage. La commande porte sur un montant approximatif de MSEK 670. Les livraisons devraient débuter en 2010 et continuer durant quatre ans. Suite à la demande du client et à la nature de la commande, aucun détail sur le contrat et du client n'a été diffusé au public. “Nous sommes très fiers d'avoir été sélectionnés, et cela montre une fois de plus, la position leader mondial de Saab dans le développement de technologies de camouflage. Nous continuons à attirer de nouveaux clients dans l'ensemble du monde“, a fait savoir, Tomas Samuelsson, un dirigeant de la société Saab. Le système avancé de technologies de camouflage Saab Barracuda est maintenant exporté vers plus de 50 pays. Le système Saab Barracuda offre une solution unique de systèmes de camouflage et de solutions de protection des forces, dont l'objectif est de diminuer les capacités de détection et d’engagement de l'ennemi. Cette solution permet de protéger les camps, les véhicules et le personnel contre les moyens de détection et les capacités d'acquisition de cible par l’ennemi.
13 Juillet 2010
La société de défense et sécurité Saab a reçu un nouveau contrat pour la fourniture de services et produits de camouflage. La commande porte sur un montant approximatif de MSEK 670. Les livraisons devraient débuter en 2010 et continuer durant quatre ans. Suite à la demande du client et à la nature de la commande, aucun détail sur le contrat et du client n'a été diffusé au public. “Nous sommes très fiers d'avoir été sélectionnés, et cela montre une fois de plus, la position leader mondial de Saab dans le développement de technologies de camouflage. Nous continuons à attirer de nouveaux clients dans l'ensemble du monde“, a fait savoir, Tomas Samuelsson, un dirigeant de la société Saab. Le système avancé de technologies de camouflage Saab Barracuda est maintenant exporté vers plus de 50 pays. Le système Saab Barracuda offre une solution unique de systèmes de camouflage et de solutions de protection des forces, dont l'objectif est de diminuer les capacités de détection et d’engagement de l'ennemi. Cette solution permet de protéger les camps, les véhicules et le personnel contre les moyens de détection et les capacités d'acquisition de cible par l’ennemi.

Leopard char de combat principal avec camouflage Saab Barracuda photo

 

Iran Retour Menu
Les forces aériennes iraniennes vont déployer des UAV le long de leurs frontières.

L’armée de l’air iranienne prévoit de déployer des systèmes aériens sans pilote le long de ses frontières, a indiqué le Commandant de l’Armée de l’Air. Suite à une interview avec la presse locale, le commandant en chef des opérations de l'armée de l'air, le général Majid Pirhadi, a indiqué, que des systèmes aériens sans pilote couvriraient l'ensemble des frontières du pays dans un futur proche.
"Nous cherchons à couvrir l'ensemble du pays avec des bases équipées de systèmes aériens sans pilote, avec une priorité pour la protection de nos frontières", a fait savoir le général Majid Pirhadi. Le commandant a insisté sur le fait que de l'utilisation des UAV au sein des forces armées iraniennes, dans le cadre de cette évolution, les forces aériennes iraniennes souhaitent créer un centre de commandement spécialement dédié au contrôle des UAV. "L'utilisation des systèmes aériens sans pilote joue un rôle essentiel dans le renforcement de nos forces armées et les possibilités défensives. En conséquence, nous cherchons à équiper nos bases aériennes sur l'ensemble du pays avec ce type de système. ", a indiqué le Commandant. Il a ajouté, que toutes les bases le long de la frontière en Iran occidental et méridional seront équipées avec des UAV pour la fin de l'été (Septembre 2010). Les UAV sont actuellement utilisés dans le cadre de missions de renseignement et de reconnaissance, et que dans le futur l'armée souhaite utiliser ce type de matériel pour des missions de combat et de destruction de moyens de communication. En juin 2010, le commandant de l'armée de l'air Mohsen Darrebaqi, a indiqué des plans concernant la formation d'un bataillon de systèmes aériens sans pilote, dans toutes les bases à travers le pays. En 2008, différentes industries du pays ont lancé des programmes pour développer et produire des UAV pour des missions civiles et militaires.
06 Juillet 2010
L’armée de l’air iranienne prévoit de déployer des systèmes aériens sans pilote le long de ses frontières, a indiqué le Commandant de l’Armée de l’Air. Suite à une interview avec la presse locale, le commandant en chef des opérations de l'armée de l'air, le général Majid Pirhadi, a indiqué, que des systèmes aériens sans pilote couvriraient l'ensemble des frontières du pays dans un futur proche.

Iran armée iranienne UAV système véhicule aérien sans pilote
Photo

 

Russie Retour Menu
Des dizaines d'hélicoptères pour la marine russe en cas d'achat du Mistral.

En cas de décision positive sur l'achat de bâtiments français de type Mistral, l'Usine de constructions aéronautiques de Koumertaou (Bachkirie) fournira aux forces navales russes plusieurs dizaines d'hélicoptères de la famille Kamov (Ka), a annoncé lundi à RIA Novosti le directeur adjoint de l'usine Viatcheslav Kovalev. "Nos hélicoptères Ka-27 et Ka-52 (Alligator) ont effectué plusieurs appontages d'essai à bord du Mistral lors de sa visite à Saint-Pétersbourg. Le programme national d'armements prévoit l'achat de plusieurs dizaines d'hélicoptères en cas de conclusion du marché avec la France. Les nouveaux navires seront équipés d'appareils Ka-27M, Ka-52 et Ka-226", a-t-il déclaré. Une source haut placée au sein du complexe militaro-industriel russe a pour sa part confié à RIA Novosti que le ministère de la Défense envisageait d'acquérir jusqu'à 100 hélicoptères Kamov pour les installer à bord des bâtiments de guerre achetés à la France. "L'industrie d'armement étudie la possibilité de construire jusqu'à 100 hélicoptères Ka-27M, Ka-226 et Ka-52 au cas où le marché serait signé", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Et de préciser que "selon les informations préliminaires, environ 70 d'entre eux seront des Ka-27M". Le Ka-27M est le dernier né des hélicoptères Kamov-27 (code OTAN Helix) conçu pour les opérations de recherche et de sauvetage. La mise au point de ce modèle touche actuellement à la fin. L'appareil sera fourni par l'Usine de constructions aéronautiques de Koumertaou. La Russie et la France sont en train de négocier l'achat de quatre bâtiments de type Mistral. La question principale empêchant les parties de s'entendre concerne le nombre de navires qui devront être livrés à la Russie clés en main et le nombre de ceux que la Russie sera autorisée à construire sur ses propres chantiers d'après les technologies françaises.
06 Juillet 2010
En cas de décision positive sur l'achat de bâtiments français de type Mistral, l'Usine de constructions aéronautiques de Koumertaou (Bachkirie) fournira aux forces navales russes plusieurs dizaines d'hélicoptères de la famille Kamov (Ka), a annoncé lundi à RIA Novosti le directeur adjoint de l'usine Viatcheslav Kovalev. "Nos hélicoptères Ka-27 et Ka-52 (Alligator) ont effectué plusieurs appontages d'essai à bord du Mistral lors de sa visite à Saint-Pétersbourg. Le programme national d'armements prévoit l'achat de plusieurs dizaines d'hélicoptères en cas de conclusion du marché avec la France. Les nouveaux navires seront équipés d'appareils Ka-27M, Ka-52 et Ka-226", a-t-il déclaré. Une source haut placée au sein du complexe militaro-industriel russe a pour sa part confié à RIA Novosti que le ministère de la Défense envisageait d'acquérir jusqu'à 100 hélicoptères Kamov pour les installer à bord des bâtiments de guerre achetés à la France. "L'industrie d'armement étudie la possibilité de construire jusqu'à 100 hélicoptères Ka-27M, Ka-226 et Ka-52 au cas où le marché serait signé", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Et de préciser que "selon les informations préliminaires, environ 70 d'entre eux seront des Ka-27M". Le Ka-27M est le dernier né des hélicoptères Kamov-27 (code OTAN Helix) conçu pour les opérations de recherche et de sauvetage. La mise au point de ce modèle touche actuellement à la fin. L'appareil sera fourni par l'Usine de constructions aéronautiques de Koumertaou. La Russie et la France sont en train de négocier l'achat de quatre bâtiments de type Mistral. La question principale empêchant les parties de s'entendre concerne le nombre de navires qui devront être livrés à la Russie clés en main et le nombre de ceux que la Russie sera autorisée à construire sur ses propres chantiers d'après les technologies françaises.

France navire français
Mistral transport d'hélicoptère
Photo

 

Etats Unis (Force Protection) Retour Menu
Force Protection discute la possibilité de fournir des véhicules blindés à l'Australie pour un montant de $1 milliard.

Force Protection à réalisé une série de discussions avec des fournisseurs potentiels de quatre états en Australie, dans le cadre d'un plan de fourniture de véhicules blindés, pour un montant de 1 milliard de dollars. En mai 2010, le gouvernement australien a annoncé que la société américaine Force Potection avait été sélectionnée pour un contrat possible de 1300 véhicules blindés protégés, dans le cadre du programme « Land 121 Phase 4 », de l'armée australienne. Force Protection a rencontré les différents fournisseurs potentiels, ainsi que différents ministères d'État et différente industries en Australie. Michael Moody, membre de la direction de Force Protection, a fait savoir, que différents discussions avaient déjà été entamées l'année dernière, afin de lancer la production de véhicules blindés légers Ocelot en Australie. " Il est important de progresser dans le cadre des discussions, maintenant que la société a été retenue par le gouvernement australien. Les discussions que nous avons avec les différents fournisseurs locaux et les représentants du gouvernement durant ces dernières semaines, ont été extrêmement positives, et ont confirmé que la société Force protection peut construire un véhicule d'excellente qualité, en utilisant l'expertise et le savoir-faire militaire australien, pour la fabrication de véhicules à usage militaire.", a indiqué Michael Moody, membre de la direction de Force Protection.
05 Juillet 2010
Force Protection à réalisé une série de discussions avec des fournisseurs potentiels de quatre états en Australie, dans le cadre d'un plan de fourniture de véhicules blindés, pour un montant de 1 milliard de dollars. En mai 2010, le gouvernement australien a annoncé que la société américaine Force Potection avait été sélectionnée pour un contrat possible de 1300 véhicules blindés protégés, dans le cadre du programme « Land 121 Phase 4 », de l'armée australienne. Force Protection a rencontré les différents fournisseurs potentiels, ainsi que différents ministères d'État et différente industries en Australie. Michael Moody, membre de la direction de Force Protection, a fait savoir, que différents discussions avaient déjà été entamées l'année dernière, afin de lancer la production de véhicules blindés légers Ocelot en Australie. " Il est important de progresser dans le cadre des discussions, maintenant que la société a été retenue par le gouvernement australien. Les discussions que nous avons avec les différents fournisseurs locaux et les représentants du gouvernement durant ces dernières semaines, ont été extrêmement positives, et ont confirmé que la société Force protection peut construire un véhicule d'excellente qualité, en utilisant l'expertise et le savoir-faire militaire australien, pour la fabrication de véhicules à usage militaire.", a indiqué Michael Moody, membre de la direction de Force Protection.

Etats Unis Force Protection Ocelot américain véhicule blindé léger de patrouille
Fiche technique
Photos

 

Russie Retour Menu
La Russie veut étendre son plus grand centre d'entraînement à Telemba en Sibérie.

Le plus grand centre d'entraînement militaire du monde situé à Telemba en Sibérie, devrait voir sa surface augmentée, afin qu'il puisse accueillir des essais pour le système de défense antiaérien longue portée S-400, a fait savoir le colonel Sergei Kuryshkin, chef du centre d'entraînement. La base d'entraînement de Telemba a été créée en novembre 1960, sa surface totale représente 1,3 millions d'hectares. Le centre est situé dans la république sibérienne de Buryat. C'est le plus grand centre d'entraînement militaire au monde. Non seulement la Russie, mais également la Syrie, l'Ukraine et les forces armées biélorusses réalisent des exercices militaires dans ce camp. "Nous sommes actuellement occupés à coordonner le transfert des parcelles de terrains supplémentaires avec les autorités de la république de Buryat. ", a fait savoir le colonel Sergei Kuryshkin. Il a ajouté que la surface de terrain représentait une longueur de 160 km, sur une largeur de 70 km. La base d’entraînement sera utilisée pour réaliser des essais de tirs du système de défense antiaérien longue portée S-400, aussi bien que pour d'autres systèmes de défense de missile éventuels.
03 Juillet 2010
Le plus grand centre d'entraînement militaire du monde situé à Telemba en Sibérie, devrait voir sa surface augmentée, afin qu'il puisse accueillir des essais pour le système de défense antiaérien longue portée S-400, a fait savoir le colonel Sergei Kuryshkin, chef du centre d'entraînement. La base d'entraînement de Telemba a été créée en novembre 1960, sa surface totale représente 1,3 millions d'hectares. Le centre est situé dans la république sibérienne de Buryat. C'est le plus grand centre d'entraînement militaire au monde. Non seulement la Russie, mais également la Syrie, l'Ukraine et les forces armées biélorusses réalisent des exercices militaires dans ce camp. "Nous sommes actuellement occupés à coordonner le transfert des parcelles de terrains supplémentaires avec les autorités de la république de Buryat. ", a fait savoir le colonel Sergei Kuryshkin. Il a ajouté que la surface de terrain représentait une longueur de 160 km, sur une largeur de 70 km. La base d’entraînement sera utilisée pour réaliser des essais de tirs du système de défense antiaérien longue portée S-400, aussi bien que pour d'autres systèmes de défense de missile éventuels.

Russie armée russe
S-400 système de missile défense antiaérienne
Fiche technique
Photos

 

Russie Retour Menu
Le nouveau missile antiaérien S-500 en avance de 15 à 20 ans par rapport aux systèmes existants.

Mis au point en Russie, les missiles sol-air S-500 seront en avance de 15 à 20 ans sur les connaissances de l'ennemi supposé, a déclaré samedi Sergueï Popov, commandant des brigades aérospatiales de l'Armée de l'air russe, dans le programme "Conseil de guerre" à la radio Echo de Moscou. Ces missiles sol-air S-500 sont destinés à remplacer les S-400 Triumph capables d'organiser la défense échelonnée des sites contre une attaque aérienne massive. Les missiles S-500 pourront détruire 10 cibles contre 6 pour les S-400. Les brigades de défense aérospatiale russes en seront équipées. Armes capables de détruire des cibles supersoniques et balistiques, les S-500 ne sont pas une version modernisée des S-400. La mise au point des missiles de défense antiaérienne S-500 sera achevée d'ici 2015.
03 Juillet 2010
Mis au point en Russie, les missiles sol-air S-500 seront en avance de 15 à 20 ans sur les connaissances de l'ennemi supposé, a déclaré samedi Sergueï Popov, commandant des brigades aérospatiales de l'Armée de l'air russe, dans le programme "Conseil de guerre" à la radio Echo de Moscou. Ces missiles sol-air S-500 sont destinés à remplacer les S-400 Triumph capables d'organiser la défense échelonnée des sites contre une attaque aérienne massive. Les missiles S-500 pourront détruire 10 cibles contre 6 pour les S-400. Les brigades de défense aérospatiale russes en seront équipées. Armes capables de détruire des cibles supersoniques et balistiques, les S-500 ne sont pas une version modernisée des S-400. La mise au point des missiles de défense antiaérienne S-500 sera achevée d'ici 2015.

Russie système de missile S-500 russe en avance de 15 à 20 ans par rapport aux systèmes similaires

 

Russia Retour Menu
Les troupes russes de défense antiaérienne seront entièrement réarmées pour 2020.

Le réarmement des troupes russes de missiles antiaériens devrait être mis à niveau à 85% pour 2020, a indiqué, le général de brigade Sergei Popov, commandant des troupes russes de missiles antiaériens. "Maintenant, l'objectif est d'implémenter l'ensemble du programme de réarmement pour 2020. Ce programme indique de façon significative l'importance des troupes que je commande", a fait savoir le général Sergei Popov à une radio locale. Il a également fait savoir, que l'ensemble de l'armée russe veut se réarmer de 30 % pour 2010, et de 70 % pour 2020. " En ce qui concerne mes services, le réarmement sera de 45 % en 2015 et 85 % pour 2020", a ajouté le général Sergei Popov.
03 Juillet 2010
Le réarmement des troupes russes de missiles antiaériens devrait être mis à niveau à 85% pour 2020, a indiqué, le général de brigade Sergei Popov, commandant des troupes russes de missiles antiaériens. "Maintenant, l'objectif est d'implémenter l'ensemble du programme de réarmement pour 2020. Ce programme indique de façon significative l'importance des troupes que je commande", a fait savoir le général Sergei Popov à une radio locale. Il a également fait savoir, que l'ensemble de l'armée russe veut se réarmer de 30 % pour 2010, et de 70 % pour 2020. " En ce qui concerne mes services, le réarmement sera de 45 % en 2015 et 85 % pour 2020", a ajouté le général Sergei Popov.

Russie armée russe S-400 système de missile antiaérien défense antiaérienne
Fiche technique
Photos

 

Royaume Uni (General Dynamics) Retour Menu
Le Ministère Britannique de la défense signe un contrat avec General dynamics pour le programme Scout SV.

Le ministère britannique de la défense a signé un contrat avec la filiale Général Dynamics Royaume Uni basé à South Wales, pour la livraison du véhicule spécialisé Scout SV pour le compte de l'armée britannique. La phase de démonstration, qui a été activée à la signature du contrat par Peter Luff, le sous-secrétaire d'État à la défense et Ministre des équipements de défense. La phase de démonstration va voir le développement de sept prototypes du véhicule de reconnaissance Scout, et de plusieurs variantes basées sur une plate-forme commune du véhicule ASCOD SV, ainsi que différents composants d'entraînement et de simulation. Ce nouveau véhicule devrait remplacer l'ancienne flotte de CVRT (véhicule blindé léger), et permettre l'introduction du véhicule pour de nouvelles missions. “Le ministère britannique de la défense a choisi le véhicule ASCOD SV de Général Dynamics Royaume Uni, car il garantit la meilleure protection pour les troupes britanniques, le maître achat financier pour les contribuables, le meilleur contrat pour les industries britanniques, la meilleure solution intégrée et les meilleures capacités de modernisation pour les 30 ans à venir, permettant ainsi une adaptation au combat du futur et aux nouvelles menaces.“, a fait savoir Sandy Wilson, président et directeur général de Général Dynamics Royaume-Uni. “Je suis particulièrement très fier que le véhicule ait été conçu au Royaume-Uni par des ingénieurs britanniques et permettre ainsi, de fournir du travail aux habitants du Royaume-Uni. Ce véhicule permettra de sauver des vies humaines au sein du personnel militaire britannique déployé dans le monde pour les 30 prochaines années. “, a fait savoir andy Wilson. “Mon équipe et moi-même, au nom de Général Dynamics Royaume-Uni chercheront à maintenir une relation intime avec le ministère de la défense britannique pour livrer les véhicules suivant les besoins et les contraintes, de façon à garantir ce travail dans les meilleures conditions, et de la manière la plus efficace possible“. Les premiers essais de véhicules sont prévus de débuter avec l'armée au plus tard pour 2013. Lorsque les premières phases de démonstration se seront déroulées avec succès, le ministère britannique de la défense prendra position pour démarrer la phase de fabrication et lancer la production du véhicule de combat final.
02 Juillet 2010
Le ministère britannique de la défense a signé un contrat avec la filiale Général Dynamics Royaume Uni basé à South Wales, pour la livraison du véhicule spécialisé Scout SV pour le compte de l'armée britannique. La phase de démonstration, qui a été activée à la signature du contrat par Peter Luff, le sous-secrétaire d'État à la défense et Ministre des équipements de défense. La phase de démonstration va voir le développement de sept prototypes du véhicule de reconnaissance Scout, et de plusieurs variantes basées sur une plate-forme commune du véhicule ASCOD SV, ainsi que différents composants d'entraînement et de simulation. Ce nouveau véhicule devrait remplacer l'ancienne flotte de CVRT (véhicule blindé léger), et permettre l'introduction du véhicule pour de nouvelles missions. “Le ministère britannique de la défense a choisi le véhicule ASCOD SV de Général Dynamics Royaume Uni, car il garantit la meilleure protection pour les troupes britanniques, le maître achat financier pour les contribuables, le meilleur contrat pour les industries britanniques, la meilleure solution intégrée et les meilleures capacités de modernisation pour les 30 ans à venir, permettant ainsi une adaptation au combat du futur et aux nouvelles menaces.“, a fait savoir Sandy Wilson, président et directeur général de Général Dynamics Royaume-Uni. “Je suis particulièrement très fier que le véhicule ait été conçu au Royaume-Uni par des ingénieurs britanniques et permettre ainsi, de fournir du travail aux habitants du Royaume-Uni. Ce véhicule permettra de sauver des vies humaines au sein du personnel militaire britannique déployé dans le monde pour les 30 prochaines années. “, a fait savoir andy Wilson. “Mon équipe et moi-même, au nom de Général Dynamics Royaume-Uni chercheront à maintenir une relation intime avec le ministère de la défense britannique pour livrer les véhicules suivant les besoins et les contraintes, de façon à garantir ce travail dans les meilleures conditions, et de la manière la plus efficace possible“. Les premiers essais de véhicules sont prévus de débuter avec l'armée au plus tard pour 2013. Lorsque les premières phases de démonstration se seront déroulées avec succès, le ministère britannique de la défense prendra position pour démarrer la phase de fabrication et lancer la production du véhicule de combat final.

Royaume Uni General Dynamics Scout SV Ascod britannique véhicule blindé chenillé de reconnaissance
Fiche technique
Photos

 

Iran Retour Menu
L'Iran veut produire des systèmes de missiles antiaériens longue portée.

Le ministère iranien de la défense a fait savoir que Téhéran prévoit de produire dans le pays ses propres missiles de défense antiaérienne longue portée, information diffusée sur le site Internet d'une télévision locale iranienne. "Actuellement, l'Iran est sur le chemin de la conception de missiles de défense antiaérien longue portée, pour la défense passive de son espace aérien. ", information du correspondant Ahmad Vahidi. Cette information arrive suite à la décision de la Russie, de ne pas fournir le système russe de défense antiaérien S-300 à l'Iran. Moscou a décidé en juin de cette année, de geler la livraison des systèmes S-300, suite à une demande internationale de nouvelles sanctions imposées à l'Iran, le 9 juin 2010. La résolution 1929 du Conseil de Sécurité impose une série de sanctions à l'égard de l'Iran au sujet de son programme nucléaire, incluant un embargo financier et sur la livraison d'armes. Un journal russe a indiqué quelques semaines plus tôt, que les pertes pour la Russie s'élèveront à la valeur du contrat, plus des pénalités pour le non-respect du contrat. Le contrat S-300 s'élevait à un montant de 800 millions de dollars, et les experts russes estiment la pénalité pour l'infraction à un montant de 400 millions de dollars. De plus, l'Iran pourrait refuser d'acheter d'autres équipements militaires russes, ce qui augmenterait encore la perte à 300 millions de dollars, et une perte annuelle de 500 millions de dollars. Au départ, la Russie avait indiqué à l'Iran, que la livraison des systèmes de missiles S-300 ne serait pas influencée par les nouvelles sanctions de l'ONU, car il n'était pas intégré dans le registre de l'armement conventionnel de l'ONU, mais les experts de la coopération technique et militaire ont conclu que les missiles rentraient dans le cadre de la nouvelle sanction. Moscou avait signé un contrat pour la livraison des systèmes de missiles S-300 à l'Iran en décembre 2005, mais la livraison n'avait pas encore commencé. Les États-Unis et Israël avaient invité la Russie à ne pas remplir le contrat.
02 Juillet 2010
Le ministère iranien de la défense a fait savoir que Téhéran prévoit de produire dans le pays ses propres missiles de défense antiaérienne longue portée, information diffusée sur le site Internet d'une télévision locale iranienne. "Actuellement, l'Iran est sur le chemin de la conception de missiles de défense antiaérien longue portée, pour la défense passive de son espace aérien. ", information du correspondant Ahmad Vahidi. Cette information arrive suite à la décision de la Russie, de ne pas fournir le système russe de défense antiaérien S-300 à l'Iran. Moscou a décidé en juin de cette année, de geler la livraison des systèmes S-300, suite à une demande internationale de nouvelles sanctions imposées à l'Iran, le 9 juin 2010. La résolution 1929 du Conseil de Sécurité impose une série de sanctions à l'égard de l'Iran au sujet de son programme nucléaire, incluant un embargo financier et sur la livraison d'armes. Un journal russe a indiqué quelques semaines plus tôt, que les pertes pour la Russie s'élèveront à la valeur du contrat, plus des pénalités pour le non-respect du contrat. Le contrat S-300 s'élevait à un montant de 800 millions de dollars, et les experts russes estiment la pénalité pour l'infraction à un montant de 400 millions de dollars. De plus, l'Iran pourrait refuser d'acheter d'autres équipements militaires russes, ce qui augmenterait encore la perte à 300 millions de dollars, et une perte annuelle de 500 millions de dollars. Au départ, la Russie avait indiqué à l'Iran, que la livraison des systèmes de missiles S-300 ne serait pas influencée par les nouvelles sanctions de l'ONU, car il n'était pas intégré dans le registre de l'armement conventionnel de l'ONU, mais les experts de la coopération technique et militaire ont conclu que les missiles rentraient dans le cadre de la nouvelle sanction. Moscou avait signé un contrat pour la livraison des systèmes de missiles S-300 à l'Iran en décembre 2005, mais la livraison n'avait pas encore commencé. Les États-Unis et Israël avaient invité la Russie à ne pas remplir le contrat.

Russie S-300 PMU2 russe système de missile défense antiaérienne
Fiche technique
Photos

 

Palestine Retour Menu
La Russie va livrer 50 véhicules blindés BTR-70 aux Palestiniens.

La Russie va livrer dans les prochains jours, 50 véhicules blindés transport de troupes BTR-70 aux forces de sécurité palestiniennes en Cisjordanie, a indiqué le ministre des affaires étrangères. Israël a accepté en 2008, la livraison de véhicule de transport de troupes sans armement aux forces de sécurité palestinienne, dans le cadre de son combat contre les groupes terroristes. Les 50 véhicules seront livrés en Jordanie dans les prochains jours, et ensuite transféré aux forces de sécurité palestinienne en Cisjordanie, a indiqué Andrei Nesterenko, un porte-parole de Moscou. Plutôt, le ministère russe de la défense, a fait savoir, que les 50 véhicules provenaient des surplus de l'arsenal russe, que l'armement avait été enlevé, et que ceux-ci étaient prêts à être livrés. La Russie fait don de ses véhicules transports de troupes aux autorités palestiniennes.
01 Juillet 2010
La Russie va livrer dans les prochains jours, 50 véhicules blindés transport de troupes BTR-70 aux forces de sécurité palestiniennes en Cisjordanie, a indiqué le ministre des affaires étrangères. Israël a accepté en 2008, la livraison de véhicule de transport de troupes sans armement aux forces de sécurité palestinienne, dans le cadre de son combat contre les groupes terroristes. Les 50 véhicules seront livrés en Jordanie dans les prochains jours, et ensuite transféré aux forces de sécurité palestinienne en Cisjordanie, a indiqué Andrei Nesterenko, un porte-parole de Moscou. Plutôt, le ministère russe de la défense, a fait savoir, que les 50 véhicules provenaient des surplus de l'arsenal russe, que l'armement avait été enlevé, et que ceux-ci étaient prêts à être livrés. La Russie fait don de ses véhicules transports de troupes aux autorités palestiniennes.

Russie armée russe BTR-70 véhicule blindé à roues transport de troupe
Fiche technique
Photos

 

Yémen Retour Menu
La Russie pourrait livrer des armes au Yémen pour plus de 1 md USD.

La Russie et le Yémen pourraient conclure un contrat de livraison d'armements pour plus de 1 milliard de dollars, a confié jeudi à RIA Novosti le directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes Igor Korotchenko. Ce contrat a fait l'objet des négociations menées mercredi à Moscou par le président yéménite Ali Abdullah Saleh. "Son montant peut dépasser 1 milliard de dollars", a déclaré M.Korotchenko, ajoutant que "le Yémen était intéressé par une large gamme d'armements et de matériel de guerre". Selon l'expert, ce pays arabe souhaite acquérir jusqu'à 30 chasseurs MiG-29 SMT, des hélicoptères d'assaut Mi-35 et Ka-52, des hélicoptères de transport Mi-17, des chars T-72M1, des systèmes antichars Kornet-E, jusqu'à 20 lance-roquettes multiples Smerch et des véhicules de combat BMP-3. "Le Yémen est en outre intéressé par la mise en place d'une défense antiaérienne sur la base de systèmes S-300PMU et S-300PMU1 qui pourraient être prélevés sur les stocks de l'armée russe", a affirmé M.Korotchenko. D'après lui, le Yémen voudrait également moderniser le matériel de guerre qu'il avait acquis à l'époque de l'URSS, notamment son parc des véhicules blindés BRDM-2 dont le nombre dépasse actuellement 1.000 unités. "Les livraisons éventuelles d'armements russes rendent actuelle la formation de spécialistes militaires yéménites en Russie, y compris à l'académie de l'Etat-major général", a souligné le directeur du centre d'analyse. "Loin de rompre l'équilibre des forces, ces livraisons contribueront à stabiliser la situation dans la région", a-t-il conclu. Le président de la sous-commission de la Douma pour la coopération militaire et technique, Mikhaïl Nenatchev, estime pour sa part que la coopération entre Moscou et Sanaa a d'excellentes perspectives d'avenir. Selon lui, le Yémen pourrait également acheter du matériel naval, notamment des vedettes rapides de type Molnia et les utiliser pour combattre la piraterie dans le golfe d'Aden.
01 Juillet 2010
La Russie et le Yémen pourraient conclure un contrat de livraison d'armements pour plus de 1 milliard de dollars, a confié jeudi à RIA Novosti le directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes Igor Korotchenko. Ce contrat a fait l'objet des négociations menées mercredi à Moscou par le président yéménite Ali Abdullah Saleh. "Son montant peut dépasser 1 milliard de dollars", a déclaré M.Korotchenko, ajoutant que "le Yémen était intéressé par une large gamme d'armements et de matériel de guerre". Selon l'expert, ce pays arabe souhaite acquérir jusqu'à 30 chasseurs MiG-29 SMT, des hélicoptères d'assaut Mi-35 et Ka-52, des hélicoptères de transport Mi-17, des chars T-72M1, des systèmes antichars Kornet-E, jusqu'à 20 lance-roquettes multiples Smerch et des véhicules de combat BMP-3. "Le Yémen est en outre intéressé par la mise en place d'une défense antiaérienne sur la base de systèmes S-300PMU et S-300PMU1 qui pourraient être prélevés sur les stocks de l'armée russe", a affirmé M.Korotchenko. D'après lui, le Yémen voudrait également moderniser le matériel de guerre qu'il avait acquis à l'époque de l'URSS, notamment son parc des véhicules blindés BRDM-2 dont le nombre dépasse actuellement 1.000 unités. "Les livraisons éventuelles d'armements russes rendent actuelle la formation de spécialistes militaires yéménites en Russie, y compris à l'académie de l'Etat-major général", a souligné le directeur du centre d'analyse. "Loin de rompre l'équilibre des forces, ces livraisons contribueront à stabiliser la situation dans la région", a-t-il conclu. Le président de la sous-commission de la Douma pour la coopération militaire et technique, Mikhaïl Nenatchev, estime pour sa part que la coopération entre Moscou et Sanaa a d'excellentes perspectives d'avenir. Selon lui, le Yémen pourrait également acheter du matériel naval, notamment des vedettes rapides de type Molnia et les utiliser pour combattre la piraterie dans le golfe d'Aden.

Yémen armée soldats jeep Toyota
Photo

 

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.