K2 Black Panther main battle tank South Korean army South Korea pictures description identification

 
 
K2 Black Panther char de combat principal
 

 

Description

Identification

Détails à observer

Galerie Photos

 
 
 
Description
Bien que les chars K-1 et K-1A1 soient largement supérieurs à ce que peut aligner la Corée du Nord, sa voisine du Sud décide en 1995 d'entreprendre le développement d'une toute nouvelle génération de char de combat. L'accent devait être mis sur la sophistication de l'engin et sur l'autosuffisance de la Corée du Sud en matière de production militaire afin de dépendre de moins en moins des apports étrangers. Le XK-2 (nom du prototype) devait d'une part creuser définitivement l'écart avec les formations blindées nord-coréennes toujours dotées de matériels largement périmés, pouvoir rivaliser avec ce que produisent le Japon (Type-90 et ensuite Type-10, et la Chine dont la composante blindée se modernise rapidement, et enfin, être attrayant sur le marché de l'exportation, la Corée du Sud étant bien décidée à percer à l'étranger. Conçu et produis par les sociétés Rotem et Samsung Techwin, le K-2 entre en production en mars 2007 sur les chaînes de montage de Changwon, une ville située à une quarantaine de kilomètres de Busan. La production en grande série est prévue pour 2011.Contrairement aux K-1 et K-1A1 qui faisaient appel à la technologie allemande, le K-2 a recours à un moteur de conception purement nationale. Le bloc produis par Doosan Infracore développe 1200 chevaux et permet au Black Panther d'atteindre les 70 kilomètres/heures sur route et 48 kilomètres/heures en condition hors-piste. La compacité du moteur principal a permis de libérer de l'espace sous le capot, permettant l'installation d'un bloc de puissance auxiliaire destiné à alimenter en énergie les systèmes de bord (éclairage, informatique, systèmes de combat,...). La capacité de franchissement était également un des points primordiaux du char et elle a encore été accrue par rapport à celle de la famille du K-1, puisqu'il est capable de traverser des cours d'eau plus profond et des pentes et montées plus fortes. La suspension hydropneumatique a également été améliorée par rapport à celle du K-1, permettant au char d'ajuster la position de son châssis en fonction des obstacles. Un sérieux avantage étant donné le relief particulièrement montagneux de la péninsule coréenne. Les Coréens du Sud ont également abandonné le canon d'origine étrangère des K-1 pour développer leur propre pièce, en l'occurrence un 120 millimètres de 55 calibre produis par Ace Industry Corporation (autrefois Kia Hevy Industries) et alimenté par un chargeur automatique (cadence de tir d'un obus toute les quatre secondes) ayant une réserve de 16 obus1 24 autres étant tenus en réserve. A noter que l'étude initiale de ce qui était encore le XK-2 prévoyait un canon de 140 millimètres étudié par Reinmethall, une idée abandonné lorsque l'industriel allemand stoppa son projet. Les munitions ont également été soigneusement étudiées et un grand nombre d'ogives est disponibles. La plus intéressante est toutefois la munition coréenne KSTAM (Korean Smart Top Attack Munition) spécialement développée pour le K-2 et conçue pour attaquer les chars adverses par le toit, partie où ils sont le plus vulnérables. L'obus est tirée comme pour une munition d'obusier et possède donc une trajectoire de vol courbe et est freinée par un petit parachute. La portée du KSTAM est de 2 kilomètres minimum, et 8 maximum. Le K-2 dispose également de moyens de communication et de positionnement avancés, comme le GPS qui est couplé à un système d'analyse de la situation tactique pouvant indiquer à l'équipage si il s'est engagé dans une zone dangereuse. Le Black Panther peut également être intégré dans un réseau C4I (Computerized Command, Control, Communications Intelligence), le K-2 étant au moment de sa sortie le seul char au monde à disposer de cette capacité. Enfin, il dispose d'un appareillage IFF (Identification Ami/Ennemi) compatible avec le système standard de l'OTAN. La protection du char fait appel au blindage naturel de l'engin, mais également à des systèmes anti-missiles sophistiqués. Notamment des détecteurs lasers balayant à 360 degrés autour du char et avertissant l'équipe des direction des tirs hostiles. Le système auquel est couplé l'avertisseur de tir peut également entreprendre le lancement automatique de fumigènes ou de leurres. Un système anti-incendie entièrement automatisé est capable de localiser précisément le départ d'un foyer de feu et localiser son action sur la zone concernée. A l'heure actuelle les versions de base du K-2 sont dépourvues de systèmes anti-missiles actifs, mais les versions évoluées du char se verront très certainement dotées de tels systèmes (similaires au Trophy israélien ou à l'Arena russe). Les évolutions futures du K-2 prévoient notamment de permettre au char d'agir en coordination avec le projet de véhicule de reconnaissance sans pilote désigné XAV, le petit véhicule à roue étant envoyé en éclaireur et transmettant ses informations au Black Panther qui évite ainsi de s'exposer. Enfin, selon certaines sources, le K-2 pourrait être mis en oeuvre avec seulement un seul membre d'équipage en cas d'urgence ou de situation exceptionnelle (équipiers blessés ou tués), une information assez étonnante qui toutefois n'a jamais été confirmée. La sophistication du Black Panther a toutefois un prix : le coût unitaire d'un K-2 est évalué à environ 8,5 millions de dollars américains, soit le double de ce que coûtait un K-1A1, en faisant théoriquement le char le plus cher du monde, dépassant le Type-90 japonais qui tourne dans les environs de 7 millions de dollars. Un prix pharaonique qui pourrait toutefois être revu à la baisse une fois le char produis en grande série, et, surtout, si il s'exporte.
Variantes :
Aucune
 
Armement
Un canon de 120 mm, une mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm et une mitrailleuse K-6 en calibre .50.
Pays utilisateurs
Corée du Sud
Equipage
3 hommes
Accessoires
Système de conduite de tir informatisé, système de protection contre les tirs laser.
Blindage
Protection contre les armes de petits calibres et les éclats du champ de bataille.
Poids
55.000 kg
Vitesse
70 km/h
Autonomie
430 km
a
 
 
Identification
Help me to find the line drawing about this vehicle
 Retour Menu
Armement
Le canon est long, avec un gros évacuateur de fumée sur le 1/3 du canon. La base du canon est encastrée dans un bloc de forme rectangulaire. Ce dernier est encastré au centre de l'avant de la tourelle. Des système optiques sont montés dans un bloc rectangulaire, ils sont placés à la base de la partie supérieure du canon.
Tourelle
C'est une tourelle très massive et de forme rectangulaire, avec les flancs droits, qui occupe presque toute la partie supérieure de la coque. La partie avant du toit de la tourelle est légèrement inclinée vers le bas. Un gros épiscope de forme rectangulaire est placé devant l'écoutille de gauche du toit de la tourelle. Les flancs et l'arrière de la tourelle sont recouverts par des paniers de transport.
Coque
est de forme rectangulaire, avec la partie avant très légèrement incliné. La coque se répartie sur trois niveaux, une partie inclinée à l'avant, droite au centre, et légèrement plus haute sur la partie arrière. L'emplacement du chauffeur est légèrement déplacé sur la gauche par rapport au centre du véhicule. Tout l'arrière de la coque est couvert par une grille de ventilation moteur, qui est striée horizontalement.
Train de roulement
est composé de six roues de route avec galets supports, barbotin à l'arrière, roue tendeuse à l'avant. Des plaques de blindage de forme rectangulaire protègent la partie supérieure du train de roulement.
Accessoires
Des phares sont placés dans des blocs de blindage de forme rectangulaire à l'avant de la coque. Un mat météo est placé à l'arrière gauche du toit de la tourelle.
 
Détails à observer
  Retour Menu
1. Phare encastré dans des blocs rectangulaires à l'avant e la coque.
2. Emplacement du chauffeur légèrement décallé vers la gauche.
3. Gros évacuateur de fumée sur le 1/3 du canon.
4. Gros bloc optique de forme rectangulaire sur la partie supérieure et à la base du canon.
5. Gros bloc optique de forme rectangulaire devant l'écoutille de gauche du toit de la tourelle.
6. Des paniers de transport sont placés sur les flancs de la tourelle.
7. Un gros bloc rectangulaire est placé à l'avant gauche et droit de la tourelle.
8. Des jupes en caoutchouc sont placées à l'arrière des chenilles.
9. Mât météo, monté à l'arrière gauche du toit de la tourelle.
10. Six roues de route.
11. Paniers de transport à l'arrière et sur les flancs de la tourelle.
12. Une grande grille de ventilation moteur est montée à l'arrière de la coque.
 


 
Galerie photos
 
 Retour Menu
 
 
     
 

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.