L'armée taîwanaise réalise des exercices avec missiles plusieurs ont raté leurs cibles 1801116

a
Actualité Défense - Taïwan
 

Mardi, 18 Janvier 2011, 17:31

 
L'armée taîwanaise réalise des exercices avec missiles, mais plusieurs ont raté leurs cibles.
 
 
CHIUPENG, Taïwan - L’armée Taïwanaise a réalisé ce mardi 18 janvier 2011 un important exercice avec missile, quelques jours après que la Chine ait révélé un avion de combat avec capacité furtive. Plusieurs des missiles ont raté leurs cibles.
     
L’armée Taïwanaise a réalisé ce mardi 18 janvier 2011 un important exercice avec missile, quelques jours après que la Chine ait révélé un avion de combat avec capacité furtive. Plusieurs des missiles ont raté leurs cibles.
Taïwan Hsiung Feng III missile anti-navire armée taîwanaise
     

Lors de ces exercices sur la base militaire de Chiupeng dans le Sud de l’île , cinq des 19 missiles ont raté leurs cibles. Six des missiles ont atteint leurs cibles mais sans exploser. "C’était dans nos prévisions, mais bien sûr nous devons améliorer nos systèmes. ", a indiqué le Lieutenant Général Pan Kung-hsiao des forces aériennes taïwanaise, lors d’un commentaire sur l’échec des tirs de missiles.

Le général n’avait aucune excuse, indiquant aux journalistes, que les militaires étaient responsable de ces problèmes.

"Je ne suis pas satisfait", a ajouté le Général. "Plusieurs missiles ont raté leurs cibles, et nous devons analyser ces erreurs pour déterminer si c’est humain ou technique. Nous avons besoin également de plus d’exercices de ce type, pour améliorer nos capacités militaires.

Ces exercices étaient un signal sur les capacités de défense de l’île, quelques jours après la présentation public du dernier avion de combat chinois J-20, qui utilise les dernières technologies pour ne pas être repéré par les radars, d’après des analyses militaires.

"Taïwan veut rassurer son peuple vis-à-vis du développement de la Chine en matière d’armement, comme son avion de combat J-20. ", a fait savoir un scientifique de L’Université de Tamkang.

La Chine et Taïwan ont des gouvernements séparés depuis la fin de la guerre civile en 1949, mais Beijing considère toujours que l’île est une partie de son territoire, et n’a jamais renoncé à la possibilité d’utiliser la force pour sa reconquête.

 

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.